Unsa-Territoriaux

Accueil > Retraites > Réforme des retraites 2010 > COMMUNIQUE DE L’UNSA-TERRITORIAUX

L'UNSA-Territoriaux
vous accueille

PERMANENCE
du lundi au vendredi
de 9h à 12h30 - de 14h à 17h
21 rue Jules Ferry à Bagnolet
Tél : 01 48 18 88 36
secretariat@unsa-territoriaux.org

COMMUNIQUE DE L’UNSA-TERRITORIAUX

LA REFORME DES RETRAITES

La CFDT veut « réflé­chir aux condi­tions d’uni­fi­ca­tion » des régi­mes de retraite du privé et des fonc­tion­nai­res et ouvre la porte à une remise en cause du mode de calcul de la retraite des agents, basé sur les six der­niers mois de salai­res.

L’UNSA-Territoriaux ne peut que s’étonner de cette hâte à dési­gner, une fois de plus, les fonc­tion­nai­res comme des « nantis » qui béné­fi­cie­raient de condi­tions de retraite beau­coup plus avan­ta­geu­ses que les autres Français.

Alors que chacun reconnaît la néces­sité pour tous de se remet­tre à l’ouvrage afin d’assu­rer enfin la péren­nité de notre sys­tème de retraite par répar­ti­tion, pour­quoi dési­gner à l’avance ceux qui devraient en pre­mier lieu être les vic­ti­mes expia­toi­res de la réforme à venir.

De par son his­toire, le sys­tème fran­çais com­porte une mul­ti­tude de régi­mes par­ti­cu­liers, dont cer­tains sont par­ti­cu­liè­re­ment avan­ta­geux : c’est le cas notam­ment de la retraite des par­le­men­tai­res, qui peu­vent per­ce­voir une retraite à taux plein après 22 ans de coti­sa­tions. Certes ils peu­vent coti­ser double, mais est-ce bien dif­fi­cile quand c’est eux-mêmes qui fixent leur rému­né­ra­tion ? Beaucoup de fran­çais aime­raient être dans ce cas ! Ne serait-ce que pour l’exem­ple, ce devrait être le pre­mier régime de retraite à être amendé !

En ce qui concerne la com­pa­rai­son des retrai­tes dans le public et le privé, il est aussi facile que per­ni­cieux de remet­tre cons­tam­ment en exer­gue le fait que les retrai­tes des fonc­tion­nai­res sont basées sur l’indice de rému­né­ra­tion des 6 der­niers mois, mais il ne faut pas oublier que la rému­né­ra­tion prise en compte exclut les primes. Même depuis la mise en place de la retraite addi­tion­nelle sur les primes (RAFP), ces der­niè­res sont limi­tées à 20% de la rému­né­ra­tion, ce qui bien sou­vent, est loin du compte.

En 2003, lors de la pré­cé­dente réforme des régi­mes de retraite, des études avaient démon­tré que les retrai­tes dans le privé et dans le public étaient de niveau com­pa­ra­ble, le taux dit de rem­pla­ce­ment étant de l’ordre de 63 à 67% (= retraite perçue/der­nier salaire toutes primes confon­dues).

L’UNSA-Territoriaux n’est pas fermée à toute réfor­me : l’allon­ge­ment de la vie est une réa­lité et il faudra bien en tenir compte. Néanmoins pour­quoi se limi­ter à une dimi­nu­tion des pres­ta­tions, aug­men­ta­tion des durées ou mon­tant des coti­sa­tions, mesu­res dras­ti­ques par excel­lence ? Pourquoi ne pas recher­cher à asseoir le finan­ce­ment des retrai­tes sur d’autres res­sour­ces que les salai­res, seules riches­ses actuel­le­ment ponc­tion­nées ? D’autres pistes exis­tent :

- Depuis des décen­nies et grâce aux pro­grès tech­ni­ques, la main d’œuvre humaine a sou­vent été rem­pla­cée par des « machi­nes ». Ces der­niè­res sont bien le pro­duit du tra­vail de l’Homme, elles par­ti­ci­pent à la richesse de l’Entreprise qui les uti­lise, et par voie de consé­quence, à la rému­né­ra­tion des action­nai­res et sala­riés de l’Entreprise. Pourquoi dans ces condi­tions, « ces machi­nes » ne par­ti­ci­pe­raient-elles pas au finan­ce­ment des retrai­tes qui, ne l’oublions pas, sont des salai­res dif­fé­rés ?

- Le « tra­vail noir » qui repré­sente 4% du PIB en France, soit l’équivalent du budget de l’Education natio­nale, est-il vrai­ment recher­ché, pour être soumis aux coti­sa­tions socia­les ?

- Bien d’autres reve­nus ont leurs sour­ces dans le tra­vail, même si après ces reve­nus béné­fi­cient de mul­ti­pli­ca­teurs : ce sont les reve­nus du capi­tal ou les reve­nus immo­bi­liers…..pour­quoi ces niches ne seraient-elles pas ponc­tion­nées ?

D’autres mesu­res seront sans doute néces­sai­res, et l’UNSA-TERRITORIAUX, comme les autres fédé­ra­tions de l’UNSA, va nour­rir sa propre réflexion dans les semai­nes qui vien­nent. Pour le moment, et alors que nous sommes dans l’attente des conclu­sions du COR, nous nous gar­de­rons bien d’émettre avant l’heure des pro­po­si­tions qui s’avè­re­raient pré­ma­tu­rées.

Jean-Pierre Lussou, Secrétaire National
Catherine Guérin, Secrétaire Générale

Où nous trouver ?

France

Annuaire
Facebook
Twitter

Accès sécurisé

BFM
Harmonie
GMF
MNT