Unsa-Territoriaux

Accueil > Instances > Centre national de la Fonction publique territoriale (CNFPT) > La guerre est déclarée !

L'UNSA-Territoriaux
vous accueille

PERMANENCE
du lundi au vendredi
de 9h à 12h30 - de 14h à 17h
21 rue Jules Ferry à Bagnolet
Tél : 01 48 18 88 36
secretariat@unsa-territoriaux.org

La guerre est déclarée !

Conseil d’Administration du CNFPT du 22 juin 2011

Alors que les Administrateurs du CNFPT s’atten­daient en toute légi­ti­mité à tra­vailler serei­ne­ment sur le compte finan­cier 2010 – qui a d’ailleurs été adopté à l’una­ni­mité – le pré­si­dent du CNFPT, François DELUGA, lan­çait un pavé dans la mare en ouver­ture de séan­ce : il annon­çait le Sénateur (UMP) Jean ARTHUIS venait de dépo­ser un amen­de­ment visant à réduire la coti­sa­tion due au CNFPT à 0.9% !
Proposé sur fond de cam­pa­gne séna­to­riale, on com­prend bien la sourde moti­va­tion de cet amen­de­ment : pré­ten­dre que la baisse de la coti­sa­tion due au CNFPT per­met­tra aux Collectivités Territoriales de faire des « peti­tes économies »… mais rien n’est plus faux !
En effet, cette baisse de l’unique res­source du CNFPT, si elle devait être adop­tée, entraî­ne­rait une perte inexo­ra­ble de 32 mil­lions par an !
Dès lors, en dehors des for­ma­tions obli­ga­toi­res, com­ment main­te­nir le niveau des for­ma­tions dis­pen­sées par le CNFPT au mil­lion huit cent mille agents de la Fonction Publique Territoriale ?
De fait, pour conser­ver son équilibre finan­cier, le CNFPT se ver­rait, dès 2012, contraint d’annu­ler 40 000 jour­nées de for­ma­tion au détri­ment des agents ter­ri­to­riaux.
Face à une telle carence, les gros­ses Collectivités Territoriales seraient donc obli­gées de payer au prix fort des offi­ci­nes pri­vées pour former leur agents ce qui alour­di­rait d’autant leur budget for­ma­tion.
Mais le pire serait pour les peti­tes Collectivités Territoriales qui, faute de pou­voir sup­por­ter un tel sur­coût, se rési­gne­raient sim­ple­ment à ne plus former leurs agents.
Donc, quid de l’égalité de trai­te­ment des fonc­tion­nai­res ter­ri­to­riaux alors que la loi sti­pule que la for­ma­tion est un droit ?
Quid aussi de l’égalité de trai­te­ment des citoyens face à des ser­vi­ces ter­ri­to­riaux de proxi­mité dis­po­sant donc de res­sour­ces humai­nes iné­ga­les ?
Face à la menace de la casse du ser­vice public à la fran­çaise, notre Administratrice UNSA du CNFPT, Christine JOSSET-VILLANOVA, dans son dis­cours offi­ciel lors des Rencontres des CRO de Toulouse 2010, avait déjà lancé un appel à la résis­tance…
Force est de cons­ta­ter que ce n’était pas là une simple figure de style !
La « menace de guerre » s’est désor­mais trans­for­mée en « décla­ra­tion de guerre offi­cielle » puis­que, dès le len­de­main de ce Conseil d’Administration soit le 23 ­juin, l’amen­de­ment ARTHUIS a été adopté par le Sénat. Cet amen­de­ment devrait passer en Commission mixte pari­taire des deux Assemblées, selon toute vrai­sem­blance, le 27 ­juin 2011… Le combat s’engage !

C’est pour­quoi votre fédé­ra­tion UNSA Territoriaux lan­cera, dans les pro­chains jours et grâce à votre sou­tien actif, des modes d’action très prag­ma­ti­ques afin de com­bat­tre l’inac­cep­ta­ble : après l’injuste régres­sion du pou­voir d’achat des fonc­tion­nai­res, la régres­sion scan­da­leuse du droit à la for­ma­tion ne doit pas passer !

ENSEMBLE, RESISTONS !

Où nous trouver ?

France

Annuaire
Facebook
Twitter

Accès sécurisé

BFM
Harmonie
GMF
MNT