Unsa-Territoriaux

Accueil > Dossiers > Développement durable > Mission CNFPT : développement durable

L'UNSA-Territoriaux
vous accueille

PERMANENCE
du lundi au vendredi
de 9h à 12h30 - de 14h à 17h
21 rue Jules Ferry à Bagnolet
Tél : 01 48 18 88 36
secretariat@unsa-territoriaux.org

Mission CNFPT : développement durable

Facebook Twitter LinkedIn

Rapport pré­senté par
Christine JOSSET-VILLANOVA,
Administrateur UNSA du CNFPT

Faire du CNFPT « un modèle d’éco res­pon­sa­bi­lité »… le Président François DELUGA a mainte fois affirmé cet objec­tif phare depuis son élection à la tête du Centre National de la Fonction Publique Territoriale.

En effet, au delà des modes et des effets d’annonce - plé­tho­ri­ques depuis le Grenelle de l’Environnement - il s’agit pour le CNFPT non seu­le­ment d’ins­crire sa ges­tion interne dans une vision por­teuse de Développement Durable mais aussi, via ses for­ma­tions idoi­nes, d’entraî­ner à sa suite dans cette spi­rale posi­tive, l’ensem­ble des ter­ri­to­riaux de France et à tra­vers eux, l’ensem­ble des Collectivités Territoriales qui com­po­sent la Fonction Publique Territoriale.

Voila bien là l’enjeu ; voila bien là l’exem­pla­rité dont notre établissement peut et doit se pré­va­loir.

Pour rele­ver ce défi aujourd’hui, le CNFPT ne part pas de zéro. Peu s’en faut !

Pour autant, le Développement Durable, par sa trans­ver­sa­lité intrin­sè­que et son pen­chant natu­rel pour l’inno­va­tion, ne peut se limi­ter aux jalons – si effi­cients soient-ils – d’ores et déjà posés en terme de for­ma­tions dédiées ni aux seules orien­ta­tions prises par le passé dans le cadre de la ges­tion interne du CNFPT.

Alors, avant d’entrer direc­te­ment dans le vif du sujet, il n’est sans doute pas inu­tile de rap­pe­ler la défi­ni­tion de base du Développement Durable.

Selon le Rapport Brundtland paru en 1987 : « Le déve­lop­pe­ment dura­ble est un déve­lop­pe­ment qui répond aux besoins du pré­sent sans com­pro­met­tre la capa­cité des géné­ra­tions futu­res à répon­dre aux leurs ».
En plus détaillé, le déve­lop­pe­ment est un « pro­ces­sus condui­sant à l’amé­lio­ra­tion du bien-être des humains ».
A cet égard, l’acti­vité économique et le bien-être maté­riel demeu­rent essen­tiels mais la santé, l’éducation, la pré­ser­va­tion de l’envi­ron­ne­ment, l’inté­grité cultu­relle le sont tout autant.
Enfin, l’adjec­tif dura­ble insiste sur la notion de temps, c’est-à-dire pour une amé­lio­ra­tion sur le long terme du bien-être de tous.
Donc, le Développement Durable est conçu comme une rup­ture avec d’autres modes de déve­lop­pe­ment qui ont conduit – et condui­sent encore, hélas ! - à des dégâts sociaux et écologiques consi­dé­ra­bles, tant au niveau mon­dial que local.
De fait, pour être dura­ble, le déve­lop­pe­ment doit conci­lier trois éléments majeurs : l’équité sociale, la pré­ser­va­tion de l’envi­ron­ne­ment et l’effi­ca­cité économique qui sont reconnus comme étant les « piliers du Développement Durable ».
Enfin, un projet de Développement Durable s’appuie néces­sai­re­ment sur un mode de concer­ta­tion très abouti entre la col­lec­ti­vité et ses mem­bres. Ainsi, la réus­site d’une poli­ti­que de ce type passe par le res­pect des exi­gen­ces de trans­pa­rence et de par­ti­ci­pa­tion de tous ses acteurs.
Voila donc, pour la théo­rie. Pratiquement, qu’en est-il au CNFPT ?

I) Dans le domaine du Développement Durable, beau­coup de choses ont déjà été ini­tiées au CNFPT…

Il convient tout d’abord de noter que le CNFPT n’a certes pas attendu de cadrage légal pour pren­dre en compte le Développement Durable.

Pour autant depuis la pro­mul­ga­tion, le 3 août 2009, de la loi de pro­gram­ma­tion rela­tive à la mise en œuvre du Grenelle de l’Environnement, les objec­tifs affé­rents du CNFPT s’en sont trou­vés ren­for­cés.

De fait, en son arti­cle n°51, la loi pré­cise que : « les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­ria­les et leurs grou­pe­ments sont des acteurs essen­tiels de l’envi­ron­ne­ment et du déve­lop­pe­ment dura­ble et ont des rôles com­plé­men­tai­res, tant stra­té­gi­ques qu’opé­ra­tion­nels ».

Enfin, dans son arti­cle n°44, la même loi va plus loin pour le CNFPT en encou­ra­geant : « les for­ma­tions à des­ti­na­tion des agents des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­ria­les en matière de déve­lop­pe­ment dura­ble et de pro­tec­tion de l’envi­ron­ne­ment ».

A) La base légale étant posée, un rapide his­to­ri­que du Développement Durable au CNFPT fait appa­raî­tre les pha­sa­ges sui­vants :

1) La concep­tion de l’Agenda 21 a fait l’objet d’une mis­sion confiée au siège en 2005-2006.
Un tra­vail de fond avait alors été réa­lisé mais son impact a laissé, semble-t-il, plus de traces théo­ri­ques que pra­ti­ques dans le quo­ti­dien et la mémoire col­lec­tive de l’établissement.

2) La mis­sion « Cohérence Territoriale et Développement Durable » a été quant à elle mise en place au siège en 2007.
Mais son objec­tif ini­tial d’intro­duire une démar­che Développement Durable dans 80% de l’offre de for­ma­tion du CNFPT n’a pas été atteint ; faute peut-être de mise en place des indi­ca­teurs néces­sai­res à cette mesure.

3) Enfin, en 2009, au len­de­main de son élection à la Présidence du CNFPT, François DELUGA marque d’emblée tout l’inté­rêt qu’il porte au Développement Durable puis­que, dans le cadre des mis­sions aux Administrateurs qu’il ins­taure dans sa nou­velle gou­ver­nance, il nous fait l’hon­neur de nous confier, avec Brigitte LERONDEL, la charge de la mis­sion « Développement Durable » au sein du Conseil d’Administration.

Ensuite, le pre­mier point d’orgue de la nou­velle poli­ti­que de déve­lop­pe­ment dura­ble au CNFPT est mis lors de son ins­crip­tion dans le Projet National de Développement de l’établissement, adopté en cette même assem­blée le 15 ­sep­tem­bre 2010.
En effet, parmi les 5 objec­tifs poli­ti­ques prio­ri­tai­res mis en exer­gue dans ce PND tra­çant la stra­té­gie du CNFPT pour les 5 années à venir, figure en cin­quième posi­tion : « la pro­mo­tion du Développement Durable dans la for­ma­tion et dans la ges­tion ».

A la suite de quoi, et afin de tra­duire cet inté­rêt sans faille dans l’admi­nis­tra­tion interne de l’établissement, advient au début de cette année 2011 le recru­te­ment d’un Directeur de projet Développement Durable – rat­ta­ché au direc­teur géné­ral des ser­vi­ces, en la per­sonne de Ari BRODACH, avec qui je tra­vaille désor­mais régu­liè­re­ment.

B) Par ailleurs, l’his­to­ri­que de la prise en compte du Développement Durable dans l’offre de for­ma­tion du CNFPT fait également appa­raî­tre des avan­cées cer­tai­nes :

1) De fait, dans le cadre de la réor­ga­ni­sa­tion des ENACT, l’école de Dunkerque se voit confier en jan­vier 2009 la « Plate-forme Politiques d’Aménagement et de Développement Durable » (PPADD). Ainsi, pro­cède-t-on pour la pre­mière fois à l’har­mo­ni­sa­tion de la pro­gram­ma­tion 2010 en matière de PPADD. L’offre de stages dédiés au Développement Durable s’est trou­vée alors effec­ti­ve­ment gran­de­ment accrue ; Dunkerque pre­nant ainsi toute sa place en tant que pôle de com­pé­ten­ces en ce domaine.

La part active prise par l’INSET de Dunkerque, notam­ment dans les gran­des mani­fes­ta­tions consa­crées au Développement Durable comme la Conférence Européenne des Villes Durables par exem­ple, contri­bue d’ailleurs lar­ge­ment à asseoir la posi­tion du CNFPT comme par­te­naire incontour­na­ble en ce domaine tant au niveau natio­nal qu’inter­na­tio­nal.
En effet, la glo­ba­lité - par essence - du Développement Durable ne sau­rait se conte­nir dans l’espace clos de notre ter­ri­toire…

Pour autant, l’examen du tra­di­tion­nel cata­lo­gue des for­ma­tions pro­po­sées par le CNFPT montre bien que la thé­ma­ti­que du Développement Durable y est désor­mais clai­re­ment expri­mée au tra­vers de stages dédiés, à des­ti­na­tion de tous les publics ter­ri­to­riaux.
Par ailleurs, les notions pro­pres au Développement Durable émaillent de manière trans­ver­sale bon nombre de for­ma­tions ori­gi­nai­re­ment hors champ, comme les stages rela­tifs aux mar­chés publics, par exem­ple.

2) Plus récem­ment, le Conseil National d’Orientation, agis­sant en droite ligne de la poli­ti­que affé­rente énoncée par le Président du CNFPT, s’est saisi de la pro­blé­ma­ti­que du Développement Durable dans les for­ma­tions en audi­tion­nant en fin 2010 un expert en la matière, madame Chantal SAYARET.

Puis, lors de sa séance du 2 mars 2011, le CNO a ins­ti­tué en son sein un groupe de tra­vail chargé de l’inté­gra­tion de modu­les « Développement Durable » dans toutes les Formations d’Intégration, donc à des­ti­na­tion des agents de caté­go­rie A et B – pour les­quels des expé­ri­men­ta­tions idoi­nes étaient déjà paten­tes - mais également pour ceux de la caté­go­rie C.

Il s’agit là en effet de répon­dre à la com­mande expresse du PND, tou­jours dans le cadre du fameux 5e objec­tif prio­ri­taire et qui sti­pule qu’il convient donc de : « favo­ri­ser la dif­fu­sion de la notion de déve­lop­pe­ment dura­ble dans le contenu des pres­ta­tions de for­ma­tion ».

Ce groupe de tra­vail, qui débu­tera très concrè­te­ment ses tra­vaux le 3 mai pro­chain, est com­posé, outre de moi-même en tant qu’Administrateur en charge du Développement Durable, de mes­da­mes Brigitte LERONDEL qui par­tage pour l’UNSA notre mis­sion au Conseil d’Administration, Sylvie GUILLET Directrice de l’INSET de Dunkerque, Chantal SAYARET et Ari BRODACH – tous deux déjà cités - ainsi que, pour le CNO, mon­sieur Jean-Pierre JARRY, Délégué Régional Poitou-Charentes.

Enfin, à l’occa­sion du Conseil d’Administration du 23 ­mars 2011, j’ai pro­posé d’ajou­ter à cette liste, mon­sieur Henri JACOT, per­son­na­lité qua­li­fiée auprès du CNO ; tant il est vrai que ses com­pé­ten­ces en matière d’évaluation trou­ve­ront là avan­ta­geu­se­ment à s’employer.
De fait, plus que d’autres peut-être, notre poli­ti­que de Développement Durable se doit d’être évaluée au fur et à mesure de sa mise en place afin de ne pas se résu­mer in fine à un simple modèle théo­ri­que de plus.

II) … mais de nou­vel­les oppor­tu­ni­tés doi­vent être sai­sies pour ampli­fier l’impact du CNFPT sur le Développement Durable dans les ter­ri­toi­res.

A) Les chan­tiers du CNFPT comme source de for­ma­tion : une exem­pla­rité qui touche les agents ter­ri­to­riaux

1) La nou­velle poli­ti­que d’acqui­si­tion et d’amé­lio­ra­tion immo­bi­lière dans l’ensem­ble des struc­tu­res du CNFPT se tra­duit, sur tout le ter­ri­toire, par l’ouver­ture de nom­breux chan­tiers ; ils pour­raient cons­ti­tuer une oppor­tu­nité d’illus­trer cer­tai­nes for­ma­tions en lien avec le Développement Durable. Des agents C, B et A pour­raient ainsi, in situ, trou­ver des exem­ples concrets de nou­vel­les tech­ni­ques et d’uti­li­sa­tion de nou­veaux maté­riaux de cons­truc­tion selon les exi­gen­ces de la Haute Qualité Environnementale, voire de la Haute Qualité d’Usage et de Vie.

A cet égard, le futur siège pari­sien du CNFPT se doit d’être un exem­ple en la matière. Aussi, un soin tout par­ti­cu­lier sera apporté à son fonc­tion­ne­ment interne à venir en terme d’économie d’énergie mais également pour tout ce qui touche à la qua­lité de vie au tra­vail des agents qui s’y retrou­ve­ront, car la dura­bi­lité se mesure – ne l’oublions pas ! – par l’impact direct sur le bien être des indi­vi­dus uti­li­sa­teurs.

C’est pour­quoi, notre nou­veau siège pari­sien étant doté enfin d’un res­tau­rant d’entre­prise, le CNFPT s’enga­gera, en vertu de la cir­cu­laire du 2 mai 2008 rela­tive à l’uti­li­sa­tion de pro­duits BIO dans la res­tau­ra­tion col­lec­tive, à garan­tir des menus de saison, un mini­mum de 20 % de den­rées issues de l’agri­culture Biologique dans ses menus, l’uti­li­sa­tion de pro­duits d’entre­tien éco-label­li­sés, dans le cadre d’un marché réservé aux Etablissements et Services d’Aide par le Travail (ESAT).

En ce sens aussi, un lieu de tra­vail géré selon les prin­ci­pes du Développement Durable est également un gage de ren­ta­bi­lité si l’on intè­gre bien l’idée que des agents heu­reux et en santé au tra­vail sont effec­ti­ve­ment plus per­for­mants dans leurs mis­sions.

2) De fait, en amont comme en aval des opé­ra­tions immo­bi­liè­res, du mon­tage finan­cier à la rédac­tion des cahiers des char­ges en pas­sant par les char­tes de bonne uti­li­sa­tion des nou­veaux locaux estam­pillés Développement Durable, s’ouvre un nou­veau champ de com­pé­ten­ces des agents du CNFPT, qui pour­rait être mutua­lisé au béné­fice de nos for­ma­tions. Il y a là matière à l’illus­tra­tion d’un cercle ver­tueux pour tous les agents de la FPT.

A cet égard, dans le PND et par­ti­cu­liè­re­ment dans la décli­nai­son du 5e objec­tif prio­ri­taire, n’est-t-il pas écrit en toutes let­tres que le CNFPT doit : « aider les agents de la FPT à deve­nir les ambas­sa­deurs du Développement Durable » ?

Le CNFPT don­nera ainsi à voir aux ter­ri­to­riaux de France ce que le Développement Durable peut et doit être en matière immo­bi­lière et envi­ron­ne­men­tale mais également en terme de pro­ces­sus d’adhé­sion des uti­li­sa­teurs de ces équipements, car - ne l’oublions pas, une fois encore - l’humain est véri­ta­ble­ment au centre du Développement Durable !

B) Concrètement, dans ses for­ma­tions comme dans sa ges­tion interne, le CNFPT s’engage comme acteur du Développement Durable

1) C’est pour­quoi, parmi les quinze offres de ser­vice public har­mo­ni­sées pour 2012, huit sont direc­te­ment impac­tées par les thé­ma­ti­ques du Développement Durable, confor­mé­ment aux Orientations Pluriannuelles de Formation :

De fait, en plus des Formations d’Intégration dont je vous ai déjà parlé, les thé­ma­ti­ques indui­tes par le Développement Durable seront décli­nées dans les stages por­tant sur les domai­nes de l’accom­pa­gne­ment à la mise en œuvre de poli­ti­ques de déve­lop­pe­ment dura­ble par les col­lec­ti­vi­tés (en terme de ges­tion des res­sour­ces humai­nes notam­ment) ; mais également, sur un objec­tif sani­taire d’impor­tance comme la ges­tion d’espa­ces publics estam­pillés « zéro phyto ».

Concernant l’immo­bi­lier, assu­rer une poli­ti­que de déve­lop­pe­ment et de main­te­nance des infra­struc­tu­res dans le res­pect du déve­lop­pe­ment dura­ble peut cons­ti­tuer une source de bonnes pra­ti­ques mutua­li­sa­bles pour des for­ma­tions dédiées à des­ti­na­tion aussi bien des ingé­nieurs / concep­teurs, des ges­tion­nai­res de bâti­ments que des ouvriers en charge de la main­te­nance de ces bâti­ments.

Enfin, et encore pour en reve­nir à la dimen­sion humaine du Développement Durable une for­ma­tion idoine doit être dis­pen­sée aux tra­vailleurs sociaux, dont les mis­sions sont elles aussi impac­tées.

Il appar­tien­dra donc aux délé­ga­tions régio­na­les ou aux ins­ti­tuts de se porter volon­tai­res sur le por­tage de ces dif­fé­rents axes en matière d’offre de for­ma­tions estam­pillées « Développement Durable ».

2) Par ailleurs, la mise en œuvre du Plan Climat du CNFPT résul­tera là encore de la tra­duc­tion concrète de l’objec­tif n°5 du PND.

Ce Plan Climat – dont la période de concep­tion s’étalera sur toute l’année 2011 – doit viser à réduire nos émissions de gaz à effet de serre, par une ges­tion mieux adap­tée des modes de dépla­ce­ment au titre du fonc­tion­ne­ment de l’établissement.
Notre Plan Climat intè­grera néces­sai­re­ment une révi­sion de la concep­tion et de la ges­tion du patri­moine immo­bi­lier ainsi que celle de la poli­ti­que interne d’achat de four­ni­tu­res et de ser­vi­ces.

Toujours dans un souci d’éco exem­pla­rité et de pro­mo­tion du Développement Durable, il s’agit aussi d’adap­ter les offres de for­ma­tion aux consé­quen­ces économiques, socia­les et sani­tai­res du chan­ge­ment cli­ma­ti­que pour les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­ria­les et les ser­vi­ces publics locaux.

Pratiquement et afin de faire vivre ce Plan Climat, des réfé­rents « car­bone » ont déjà été dési­gnés dans chaque struc­ture du CNFPT. Leur pre­mière mis­sion est d’établir col­lec­ti­ve­ment notre Bilan Carbone. Les réfé­rents sont issus aussi bien de la filière admi­nis­tra­tive ou tech­ni­que que du domaine de la for­ma­tion pro­pre­ment dit afin que toutes les com­po­san­tes de l’établissement se sen­tent inté­grées véri­ta­ble­ment à cette nou­velle démar­che.

Structurellement, il a été pré­fi­guré un comité de pilo­tage et un comité tech­ni­que du Plan Climat, qui ont d’ores et déjà com­mencé à débat­tre, en vue de pré­sen­ter un projet en réu­nion de direc­tion géné­rale, élargie aux inter-régions.

Afin que cette démar­che « Plan Climat » puisse être expor­tée ensuite dans toutes les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­ria­les, un film, tiré de la for­ma­tion spé­ci­fi­que des réfé­rents car­bone du CNFPT qui s’est dérou­lée en février der­nier à l’INSET d’Angers, pourra servir de sup­port à une offre de Formation Ouverte à Distance sur ce thème par­ti­cu­lier.

3) Enfin, les sub­di­vi­sions cons­ti­tu­ti­ves de ce Plan Climat, repré­sen­tent pour cha­cune d’entre elles des pro­gram­mes de Développement Durable à part entière.

A cet égard, l’établissement du Bilan Carbone du CNFPT est en cours, pour des pre­miers résul­tats en juillet pro­chain. Par déli­bé­ra­tion de notre Conseil d’Administration datée du 10 ­dé­cem­bre der­nier, ce diag­nos­tic tech­ni­que a été confié à la société ECO ACT.

De fait, les réfé­rents « car­bone » inter­nes au CNFPT mais également les mem­bres du groupe en charge de l’établissement du futur Plan de Déplacement du CNFPT, tra­vaille­ront évidemment de concert avec cette société d’experts pour col­lec­ter les don­nées et établir des pré­co­ni­sa­tions.

Animés par le Directeur Général des Services, il est clair que les ser­vi­ces cen­traux sou­tien­dront le tra­vail de tous les acteurs du Plan Climat.
Dans cette opti­que, le Centre de Formation Interne aura la charge d’accom­pa­gner la démar­che par la mise en œuvre d’un plan de for­ma­tion spé­ci­fi­que­ment dédié.

De même, un plan de com­mu­ni­ca­tion idoine est néces­saire ; il doit inclure la créa­tion d’un site intra­net « Développement Durable », qui ser­vira d’outil de tra­vail col­la­bo­ra­tif pour les réfé­rents car­bone.

On le voit, le cercle ver­tueux du Développement Durable est incontes­ta­ble­ment en cours au CNFPT, dans les inten­tions d’abord et doré­na­vant dans les faits. Les fruits de cette démar­che seront mesu­ra­bles selon toute pro­ba­bi­lité dès l’année 2012.

C) La pro­mo­tion des actions de Développement Durable dans les Délégations Régionales : une exem­pla­rité qui tou­chent les Délégués régio­naux et donc, les élus locaux

1) En assu­rant la média­ti­sa­tion externe sys­té­ma­ti­que les actions liées au Développement Durable menées par les Délégations Régionales du CNFPT, l’établissement mais également ses par­te­nai­res ter­ri­to­riaux que sont les élus locaux abou­ti­ront à un gain d’image, valo­risé par l’impact posi­tif des valeurs à la fois de l’écologie et de la saine ges­tion du Bien Public.

De fait, les délé­ga­tions régio­na­les du CNFPT cons­ti­tuent un maillage natio­nal qui est incontes­ta­ble­ment une caisse de réso­nance majeure dans l’opti­que qui est la notre de pro­mou­voir le Développement Durable sur l’ensem­ble des ter­ri­toi­res.

Il convient d’accen­tuer encore cet effet de noto­riété en créant, en interne, un par­tage des bonnes pra­ti­ques au sein même des Délégations et Instituts du CNFPT. Pour ce faire, il convient d’uti­li­ser le jour­nal interne et les temps ins­ti­tu­tion­nels exis­tants comme vec­teurs de connais­sance et de reconnais­sance des ini­tia­ti­ves par­ti­cu­liè­re­ment exem­plai­res d’une struc­ture dans le domaine du Développement Durable : réu­nion des cadres à Angers, confé­rence des CRO et des délé­gués, etc.

Il est aussi néces­saire d’envi­sa­ger la média­ti­sa­tion de ces réa­li­sa­tions, tant sur le ter­ri­toire concerné que sur le plan natio­nal. L’objec­tif est de ren­for­cer encore l’image du CNFPT comme expert incontour­na­ble auprès des Collectivités Territoriales dans le domaine du Développement Durable. Pour ce faire, divers outils sont mobi­li­sa­bles (rubri­que régu­lière dans le jour­nal externe à des­ti­na­tion des col­lec­ti­vi­tés, col­lo­que ou confé­ren­ces, etc.). Dans ce domaine, les pos­si­bi­li­tés sont à étudier, pour abou­tir à la mise en œuvre concrète d’actions de com­mu­ni­ca­tion per­met­tant aux bonnes réa­li­sa­tions d’être saluées et dis­tin­guées.

2) Enfin, par­tant de nou­veaux « savoirs - faire », les cycles de for­ma­tions en lien avec le Développement Durable pro­dui­ront donc de nou­veaux « savoirs - être » au sein de la Fonction Publique Territoriale.
Dans ce cadre, chaque stage, col­lo­que ou jour­née thé­ma­ti­que tou­chant au Développement Durable orga­nisé par­tout en France par le CNFPT ou sim­ple­ment en par­te­na­riat avec lui, devrait être visi­ble et reconnais­sa­ble par tous. Pour ce faire, un logo « CNFPT / Développement Durable » devra être créé afin de label­li­ser visuel­le­ment toutes nos ini­tia­ti­ves idoi­nes.

Sans vou­loir se réfé­rer abu­si­ve­ment aux « sol­dats noirs de la République » qui carac­té­ri­saient au siècle der­nier les ins­ti­tu­teurs comme vec­teur d’une unité ter­ri­to­riale fran­çaise, le CNFPT en matière de Développement Durable, se doit sans doute de former main­te­nant les « che­va­liers verts de la Territoriale » !

C’est en effet par le biais de leurs agents ter­ri­to­riaux - qu’ils soient A, B ou C - que toutes les Collectivités Territoriales se ral­lie­ront à la cause du Développement Durable, ancrant par le fait notre pays tout entier dans une vision et une concré­ti­sa­tion glo­bale de la poli­ti­que en faveur du Développement Durable fixée par la loi.

En outre, rien n’empê­che de sur­croît le CNFPT d’aller plus avant en termes d’inno­va­tion dans la pers­pec­tive des orien­ta­tions euro­péen­nes concer­nant le Développement Durable.

A ce propos, la conti­nua­tion de ma mis­sion « Développement Durable » au sein de notre Conseil d’Administration, alliée à celle qui m’occu­pera main­te­nant davan­tage, à savoir les rela­tions euro­péen­nes, pour­rait pren­dre à l’avenir cette orien­ta­tion inter­na­tio­nale.

En effet, le Développement Durable n’est ni une affaire de ter­ri­toire, ni même une affaire natio­nale. C’est bien vers l’établissement d’une poli­ti­que au moins euro­péenne que ten­dent aujourd’hui les spé­cia­lis­tes du Développement Durable.

Quoi qu’il en soit, le CNFPT se doit dès main­te­nant d’être l’orga­nisme fran­çais qui impul­sera de facto cet « effet domino », car il est la seule struc­ture capa­ble de former et donc de fédé­rer les esprits en ce sens posi­tif sur tous les ter­ri­toi­res du pays.

C’est également en pro­mou­vant publi­que­ment sa démar­che éco res­pon­sa­ble que le CNFPT amor­cera ou ren­for­cera l’appé­tence des élus locaux pour cet iné­luc­ta­ble mou­ve­ment d’avenir.

L’exem­pla­rité voulue en ce domaine par le Président du CNFPT trou­vera alors, à tous les niveaux d’exper­tise de l’établissement, sa pleine et entière signi­fi­ca­tion.

Où nous trouver ?

France

Annuaire
Facebook
Twitter

Accès sécurisé

BFM
Harmonie
GMF
MNT