Unsa-Territoriaux

Accueil > Retraites > Réforme des retraites 2010 > Retraite : le rapport qui lance le débat

L'UNSA-Territoriaux
vous accueille

PERMANENCE
du lundi au vendredi
de 9h à 12h30 - de 14h à 17h
21 rue Jules Ferry à Bagnolet
Tél : 01 48 18 88 36
secretariat@unsa-territoriaux.org

Retraite : le rapport qui lance le débat

Facebook Twitter LinkedIn

Ouest-France le 25 ­Jan­vier 2010

Le Conseil d’orien­ta­tion a exa­miné deux sys­tè­mes. L’un inté­resse la CFDT, l’autre est ins­piré du modèle sué­dois. Principale dif­fi­culté : aucun ne règle le pro­blème cru­cial du défi­cit actuel.

Nourrir le débat. Voilà une nou­velle pierre appor­tée au débat sur la réforme des retrai­tes qui occu­pera ’l’année 2010 et pour­rait être évoqué, ce soir, par le Président de la République : qu’en serait-il d’un chan­ge­ment radi­cal de mode de calcul des retrai­tes ? Pour y voir plus clair, les par­le­men­tai­res ont demandé au Conseil d’orien­ta­tion des retrai­tes (Cor) un rap­port sur le sys­tème dit" à points » et celui dit « en comp­tes notion­nels ». Ce rap­port sera pré­senté jeudi au Sénat mais il cir­cule déjà.
À points. Actuellement, les sala­riés du privé cal­cu­lent leur pen­sion en « annui­tés » : il en faudra 41 en 2012 pour tou­cher une pen­sion dite

" à taux plein ». Avec le sys­tème « à points », qui est celui des retrai­tes com­plé­men­tai­res Agirc ou Arrco, des points sont accu­mu­lés toute la vie grâce aux coti­sa­tions ver­sées. Et le nombre obtenu se mul­ti­plie, en fin de car­rière, par une valeur défi­nie de ce point. Qui peut être ajus­tée, afin de garan­tir l’équilibre du sys­tème. Exit les cris­pa­tions actuel­les sur l’âge légal de départ en retrai­te : « Chacun peut deman­der à rece­voir sa pen­sion ou une frac­tion à n’importe quel âge, ou pres­que », expli­que l’économiste Jacques Bichot, dans un sup­plé­ment Argent du Monde. Ce sys­tème inté­resse la CFDT, cons­ciente, malgré tout, qu’il n’y a pas de « solu­tion mira­cle ».

La solu­tion sué­doise. Dans le sys­tème sué­dois, l’assuré accu­mule non pas des points mais un « capi­tal vir­tuel », qui cor­res­pond à la somme des coti­sa­tions ver­sées. Au départ en retraite, un " coef­fi­cient » est appli­qué au capi­tal accu­mulé pour le conver­tir en pen­sion : le niveau des pen­sions s’ajuste auto­ma­ti­que­ment à l’espé­rance de vie et à la situa­tion économique. Le Cor craint cepen­dant que ce régime accé­lère une baisse des retrai­tes de 15 à 20% pour les géné­ra­tions des années 1970. De son côté, l’économiste Thomas Piketty, cri­ti­que dans Le Monde, un sys­tème qui « remet en cause le prin­cipe de la répar­ti­tion à 100 % ». Et des retrai­tes ajus­tées sur la masse sala­ria­le : avec la réces­sion, cela « conduit à une baisse des pen­sions », repro­che-t-il.

Une condi­tion, des finan­ces saines. Avec ces deux sys­tè­mes, les modes de calcul appa­rais­sent « plus lisi­bles », note le Cor. Par ailleurs, ils établissent un lien plus direct entre coti­sa­tions ver­sées et pen­sion perçue. Mais « aucune tech­ni­que ne permet en elle-même d’assu­rer le retour l’équilibre finan­cier ». Il faut partir de finan­ces saines. Et cela pren­dra des années, disent les économistes … Pour cela, redit le Cor, rien d’autres que Ies trois leviers tra­di­tion­nels : jouer sur « le niveau des res­sour­ces, le niveau des pen­sions et l’âge moyen effec­tif de départ à la retraite ».

Où nous trouver ?

France

Annuaire
Facebook
Twitter

Accès sécurisé

BFM
Harmonie
GMF
MNT